Et si la jeunesse savait communiquer

      Aucun commentaire sur Et si la jeunesse savait communiquer

Bon, vous l’aurez compris rien qu’en lisant le titre, ce billet est un petit coup de gueule envers la jeunesse moderne, mais pas seulement. Réflexion, humeur, tristesse, le tout s’imbriquant dans la tête, à voir ces jeunes filles (surtout) et garçons ne communiquant que par « phone » interposé. Non pas que cela me dérange de voir les écouteurs aux oreilles, et les pouces s’activer à souhait, non, mais quand même n’y a-t-il pas une autre manière de s’exprimer.

Sans doute, mais sur le coup je ne vois que cela. Au réveil, lorsque ce n’est pas de la nuit…, au coucher, la seule chose qu’ils ne se permettent pas d’oublier c’est le smartphone, pour les plus nantis, ou le portable tout simple, mais bien entendu avec la fonction SMS, en mains. Et alors, commence une activité affolante, que personne n’oserait venir interrompre sous peine de se voir traiter de tous les noms. Si je vous dis cela, c’est uniquement par pure expérience. En effet, il n’est pas facile, en 2013, d’éduquer une jeune fille de 14 ans, alors que pour discuter il faut sans cesse appuyer sur la même touche trois ou quatre fois. Non, le monde change, et pas nécessairement en bien. Le pratique de la chose, et le calme ambiant, tout relatif toutefois (car une fois les écouteurs en rade, et les haut-parleurs « faits pour »…), la situation devient quelque peu bruyante lorsque vous voyagez dans les transports en commun, par exemple.

Sans doute, suis-je vieux jeu, mais certainement pas fermé aux nouvelles technologies, puisque je vous écris via le net. Mais quand même. Certes, on peut aussi dire « où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir… » Mais encore. La liberté de l’autre commence ou je m’arrête, d’emmerder le peuple avec ce tintamarre décibélien, comme si tout ce qui est personnel a vocation d’être pour les autres.

Je m’emporte, mais la seule raison ne vaut pas la peine d’en faire un fromage. Seulement, j’aimerais que mes jeunes compatriotes, et pourquoi pas du monde, prennent l’habitude de communiquer « aussi » normalement. Un dernier petit exemple : je revenais, pas plus tard qu’hier, du dentiste avec ma fille. Celle-ci me dit : « Regarde, papa, le garçon là-bas, c’est un copain d’école. » Bien, et alors me direz-vous ? Jamais au grand jamais, alors qu’ils étaient séparés par la seule rue, ils n’eurent, ni l’un ni l’autre, la présence d’esprit de traverser pour se parler. Non, mais par contre cinq-six SMS furent échangés en l’espace de quelques secondes…

Tout le paradoxe de la vie moderne… Allez, je vous laisse ici, je retourne vite à mes « mails », « courriels, « SMS », et autres sujets de conversation du 21e siècle.

Pour me suivre:

About Erge

Blogueur d'un âge certain, traitant les sujets les plus divers, allant de l'actualité aux sports, critique mais philosophe sans modération. Photographe et médiateur, pour les causes quelques fois les plus perdues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.